Les Boby Rangers

Habitués des plus prestigieux festivals français, Nicolas Jules, Evelyne Gallet, Imbert Imbert, Roland Bourbon et Jeanne Garraud ont bien voulu s'unir et marier leurs idées et leurs voix pour réinventer un Boby Lapointe inédit.

Evelyne Gallet

(en alternance avec Jeanne Garraud)

Elle avance à grands pas, elle fonce même, laissant dans son sillage une armée d’admirateurs séduits par sa verve, son charisme et sa présence volcanique ! C’est un sacré bout de femme qui n’est pas du genre à chanter des fadaises, et qui se plait à jouer avec le public qui en redemande. Cette chanteuse rouquine, potelée assumée, a un petit truc en plus : une belle dose d’autodérision qui fait du bien, mais elle sait aussi se faire miel et douceur… Une avalanche de mots qui cognent et caressent, bref, un talent fou !

Jeanne Garraud

(en alternance avec Evelyne Gallet)

Elle fait ses premières armes sur scène d’abord en tant que musicienne, compositeur, pianiste et bruitiste pour la compagnie Arnica de 1999 à 2004, année où elle commence à écrire ses premières chansons. En parallèle de deux albums À côté des choses (2008), puis Des oiseaux par milliers (2011), elle obtient en 2010 le prix du Jury des rencontres Mathieu Côté à Cébazat, et le 1er prix du concours Jacques Brel de la ville de Vesoul. Suivi du 3e prix des professionnels au Festival Alors Chante ! de Montauban (2012).
Sur la route, on la retrouve entre autres sur les premières parties de Thomas Fersen, Emily Loiseau, Debout sur le zinc, Pierre Lapointe, Anne Sylvestre, L, Albin de la Simone, Cyril Mokaiesh.
Aujourd’hui en tournée piano solo, elle prépare son troisième album, et a créé un tout nouveau spectacle Mon côté XIXe (septembre 2013).

Nicolas Jules

Très tôt, il montre un goût pour le dessin, la peinture, le théâtre, et surtout l’écriture. Quand il monte un premier groupe de rock avec des amis d’enfance, c’est lui qui se charge des textes. La guitare de Nicolas Jules est électrique depuis quinze ans et ses airs de plus en plus allumés. Ses chanteurs de prédilection furent Brassens, Barbara, Renaud, et l’ont inspiré dans son désir de composer de « vraies » chansons. En même temps, il n’oublie pas la littérature et les auteurs qui nourrissent sa propre écriture : Henri Michaux, Raymond Queneau, Jules Supervielle. Découvert par les JMF (et bien d’autres) au Chantier des Francofolies de La Rochelle en 2005, il a enflammé le réseau durant deux ans avec un one-man-show décoiffant !

Imbert Imbert

Son stylo ne dormant que d’un œil et sa contrebasse que d’une corde, il accouche de poèmes mélodiques et de mélodies poétiques. Certains de ceux-ci parlent du mal de vivre, certaines de celles-là, au contraire, chantent la vie à pleines mains. Certains ont l’amer chagrin d’amours perdus, certaines la nostalgie de lendemains heureux. Grand imprécateur des privilèges et des passe-droits, il refuse le monde tel qu’il est. Ce révolté (révolté de ne pas l’être assez) a de grandes fenêtres ouvertes sur la lumière. Sa tendresse, fragile, souriante, à fleur d’archet, est aussi grosse et lourde à porter que sa contrebasse.

Roland Bourbon

Batteur, percussionniste, il développe un travail de rencontres dans le monde de la musique, la danse, la performance, et se révèle dans sa complicité de longue date avec Nicolas Jules. Par ailleurs, directeur artistique de la Compagnie FRACAS, ce musicien compositeur explore sans relâche tout un univers de matières diverses : ferrailles, pierres, plastiques, peaux, boites à musiques et autres moteurs, outils divers, etc.

Spectacle

Boby Lapointe repiqué

Comprend qui peut