Du baroque au contemporain

La Migration des Tortues

CoproductionJM France
Épopée musicale burlesque

Un spectacle d' Antoine Payen

  • Bandeau - La Migration des Tortues (2)
  • Bandeau - La Migration des Tortues

Documents associés

Aucun document n'est associé à ce spectacle

Antoine Payen violoncelle, jeu, chant
(Hauts-de-France)

Mise en scène Marie Liagre
Création son et lumières Vincent Masschelein
Musique Beethoven, Bizet, Bach, Tonycello…
Coproduction Le Terrier Productions / JM France
En partenariat avec l’Opéra Théâtre de Limoges et la Ville de Feignies
Avec le soutien de la Bouche d’Air (Nantes) et le Quai des Arts (Pornichet)

Conditions techniques d’accueil minimum
Noir indispensable
Scène : 7 x 5 m
Installation : 2 h après pré-implantation lumières
Personnel technique d’accueil indispensable : les régisseurs son et lumières
Sonorisation : Console (numérique de préférence) / Façade / 2 retours en side sur pieds
Les JM France fournissent le micro HF
Lumières: 8 PC / 6 PAR
Une version totale en lumières est également disponible : le cas échéant, prévoir 4h de montage avec installation la veille

Durées : Scolaire et Familiale 55 min / Tout public 1 h 10
Jauges : Élémentaire 300 spectateurs maximum accompagnateurs inclus

Après plusieurs années à chanter seul sur scène, Tonycello nous dévoile son véritable rêve: faire partie d’un orchestre ! Mais n’est-ce pas là une ambition démesurée ? Et comment se distinguer des dizaines d’autres candidats pour obtenir un tel poste ? Notre farfelu violoncelliste trouvera-t-il sa place au sein de cette puissante machine que constitue un orchestre symphonique ? Un parcours semé d’embûches, un défi à relever... Mais gageons qu’il parviendra à ses fins : la bonne volonté, y a que ça de vrai.

Antoine Payen signe ici le deuxième opus des aventures de Tonycello : un nouveau solo ébouriffant, pour lequel il a replongé, avec une bonne dose d’autodérision, dans son propre parcours de musicien classique. Le monde de l'orchestre face à celui du clown, il va y avoir de l'ambiance ! Un hommage décalé et virtuose.

comments powered by Disqus