Du baroque au contemporain

Duo Berimba

Guitare, percussions et body rhythm !

Création JM France

Béatrice Morisco-Reuther

Titulaire d’un Premier Prix du CNSM de Paris dans la classe d’Alexandra Lagoya, Béatrice Morisco-Reuther est lauréate de plusieurs concours internationaux. Elle est aussi professeur d’enseignement artistique au Conservatoire à Rayonnement départemental de La Rochelle. 

Lire la biographie détaillée

Que cache ce nom fusionnant le berimbau (arc musical brésilien) et le marimba (instrument de percussion à clavier de l’Amérique latine) ?

Duo Berimba (Poitou-Charentes) :

Béatrice Morisco-Reuther, guitare
Stéphane Grosjean, percussions

Musique I. Albéniz, M. de Falla, C. Jobim, L. Harrison,  E. Satie…
Mise en scène d'Olivier Prou
Conception lumières de Philippe Arbert

Création JM France
En partenariat avec le Carré Amelot (La Rochelle)
Avec le soutien de la Sacem

Prochaines dates

19/11/2018 MERIGNAC (33) Scolaire
19/11/2018 MERIGNAC (33) Scolaire
20/11/2018 LANGON (33) Scolaire
20/11/2018 LANGON (33) Scolaire
Plus de dates

Un duo hors norme formé par Béatrice Morisco-Reuther (1er Prix du CNSM de Paris dans la classe d’Alexandre Lagoya) et Stéphane Grosjean (directeur artistique de la Compagnie Toumback), qui donne à (re)découvrir un répertoire cosmopolite dans des arrangements  originaux pour guitare et percussions classiques ou corporelles.
Au bout des doigts virtuoses de ces deux Rochelais prennent vie des ambiances ibériques empruntées à Manuel de Falla ou Isaac Albéniz, la sensualité de la bossa-nova de Carlos Jobim ou les rêveries de compositeurs contemporains sous influences traditionnelles ; c’est bien de la musique « classique », mais tellement vivante et dans laquelle les multiples facettes de la percussion mettent merveilleusement en valeur le potentiel poétique de la guitare.

Tout en ouvrant des espaces à l’improvisation, les percussions corporelles, invitées surprise de ce programme, sont une véritable incitation au partage et à l’échange avec le public.
Spectaculaire et généreux.

comments powered by Disqus