La Belle au Bois Dormant

Trois chaises, un conte, douze instruments

Un spectacle du Collectif Ubique

Bandeau - La Belle au Bois Dormant

Documents associés

Aucun document n'est associé à ce spectacle

Collectif Ubique
(Normandie)
Audrey Daoudal violon, percussions, bruitages, récit, chant
Vivien Simon cornemuse (Centre France), bodhran, percussions, bruitages, récit, chant
Simon Waddell théorbe, guitare baroque, flûte à coulisse, bodhran,  percussions, bruitages, chant
Adaptation Collectif Ubique d’après Perrault
Musique traditionnels et compositions
Création lumières Claire Gondrexon

Production Collectif Ubique
En partenariat avec La Ferme du Buisson – Scène nationale de Marne-la-Vallée, l’Étable (Beaumontel), Anis Gras - Le lieu de l’autre (Arcueil) et le Théâtre Gérard Philippe (Bonneuil-sur-Marne)
Avec le soutien de la Sacem et de l’Adami

Conditions techniques d'accueil minimum

Noir indispensable / Scène : 7 x 5 m / Installation : 2 h après pré-implantation lumières / Personnel technique d’accueil indispensable : les régisseurs son et lumières
Sonorisation : Console (numérique de préférence) / Façade / 2 retours en side
Les JM France ou les artistes fournissent les micros HF et filaires
Lumières: 7 PC / 5 PAR / 3 découpes

Durées → Scolaire et Familiale 50 min
Jauge → Élémentaire 300 spectateurs maximum, accompagnateurs inclus

Comment surprendre avec une histoire qu’on connaît déjà par cœur ?

Après Hansel et Gretel, voici le nouveau défi du collectif Ubique, et l’on se régale de cette Belle au Bois Dormant au caractère bien trempé, de ces Trois Fées nulles en magie ou de son Prince maladivement timide.

Audrey Daoudal, Vivien Simon et Simon Waddell réalisent l’exploit de revisiter « l’intouchable », avec douze instruments, une poignée de chansons, trois simples chaises et leurs multiples talents. Entre théâtre et adaptation musicale, un seul mot d’ordre : casser les conventions, rompre avec le déjà-vu et incarner avec poésie et humour les personnages de ce classique parmi les classiques, dépoussiéré et ragaillardi dans ce grand souffle de fraîcheur.

comments powered by Disqus